Les risques professionnels : quelle prévention ?

risques professionnels

inhalation de substances toxiques …, nul n’est à l’abri des accidents de travail ou des maladies professionnelles qui surviennent spontanément. Prévenir ces risques est le centre des préoccupations des dirigeants, car ils engendrent des dysfonctionnements majeurs, néfastes, pour leurs établissements. Des mesures adéquates sont ainsi prises, pour mettre les salariés en sécurité et préserver leur santé. Comment prévenir les risques professionnels ? Voici quelques éléments de réponse.

Risque professionnel : définition

Le risque professionnel est un événement qui met une personne en danger dans son milieu professionnel. Chaque situation peut être différente d’un métier, d’un secteur d’activité et d’un établissement à un autre. Ainsi, il est difficile de prévoir ou d’établir une liste précise de tous les dangers, auxquels les travailleurs sont confrontés. La notion de risque est facilement assimilable à celle du hasard, étant donné le caractère imprévisible et incertain dont elle fait figure. La priorité sera établie en fonction de la criticité de l’événement en question, ainsi que le moment de son apparition. Ce sont des facteurs d’évaluation importants. 

La législation met les employeurs dans l’obligation de mettre en place des mesures strictes de prévention, pour garantir l’intégrité physique et la santé au travail de leurs employés. Chaque employeur est de ce fait obligé d’évaluer les menaces, de les classifier et de présenter les solutions adéquates, en fonction de son secteur d’activité. Par ailleurs, ils sont également dans l’obligation de sensibiliser et de former leurs collaborateurs, dès l’embauche, sur les différents types de risques sur la sécurité au travail et  les gestes à adopter pour les éviter. Le CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) constitué des responsables des établissements et ceux de la sécurité, des représentants des salariés, de médecins et de l’inspecteur de travail, œuvre dans chaque établissement pour mener à bien la politique de prévention.

Les différents types de risques professionnels

La mise en place de mesures de prévention des risques professionnels efficaces incombe en premier lieu de bien les identifier. Selon les études menées jusqu’à aujourd’hui, il est difficile de les catégoriser avec précision. Toutefois, les résultats des événements analysés ont permis de sélectionner les plus nocifs, en matière de complexité et occurrence. À plus de 87 %, les TMS ou les troubles musculo-squelettiques sont les plus importants. Il s’agit de troubles liés aux mouvements répétés des gestes normaux comme la flexion, les mouvements au niveau des articulations, la position debout, la pression sur une zone particulière, etc. Ensuite, de par leurs impacts sur la santé mentale des employés et de leur motivation, les risques psychosociaux font partie des plus importants.  Ils sont principalement liés aux agressions physiques ou verbales, aux différents types de harcèlement ainsi qu’aux mauvaises conditions de travail, et qui engendrent la souffrance au travail. En outre, viennent les risques mécaniques (liés à l’usage des outils de travail), physiques (liés à la température, sonorisation, luminosité, etc, en milieu de travail), chimiques (liés à l’exposition de substances chimiques), biologiques (liés à l’exposition d’agents infectieux), radiologiques (liés à l’exposition aux radiations), qui peuvent également porter préjudice.

Les risques au travail peuvent se manifester différemment d’une catégorie à une autre. Il y a par exemple les préjudices dont les manifestations sont visibles et immédiate comme l’accident de travail, ou bien des manifestations retardées comme les différents cas de cancers liés à l’exposition à des substances toxiques, ou le début de maladies respiratoires chroniques.

Évaluation des risques au travail

L’évaluation des risques professionnels est une étape incontournable à la mise en place de toute démarche préventive, dont les résultats seront inscrits dans un document unique comme l’exige la loi. Elle vise à identifier les facteurs de risque prédominants, et à définir par la suite les mesures ainsi que les moyens y afférents, mettant l’accent sur les enjeux humains, techniques et organisationnels. Cette phase peut se dérouler en quatre étapes. La première est la phase de préparation, pendant laquelle tous les moyens (humains et matériels) à disposition sont mis à contribution, tandis que les objectifs et les méthodes d’organisation sont définis. La deuxième étape est l’identification des risques et leur catégorisation. Le classement peut se faire par activité, par secteur, par poste ou par risque (gravité et occurrence). Récolter le maximum d’informations sur chaque poste permet de détecter toutes les situations dangereuses et de les classifier par ordre d’importance, ce qui constitue la troisième étape de l’évaluation. La dernière étape consiste à trouver des solutions, en fonction des résultats obtenus précédemment.  

Prévention des risques au travail 

Par définition, prévenir les risques au travail vise à mettre en œuvre des mesures permettant de limiter, voire éliminer, les risques professionnels pour garantir la santé et la sécurité des employés, d’améliorer leur cadre de travail et de favoriser leur bien-être.  La démarche de prévention, les méthodes et l’organisation sont définies par l’étape d’évaluation, et sont inscrites dans le document unique. Cependant, cette étape suit quelques lignes directrices qui tendent toutes vers ces objectifs communs. Il s’agit entre autres de l’évitement du danger, l’évaluation, la lutte contre la survenue à la source, l’amélioration des conditions de travail, la considération des évolutions d’ordre technique, la vérification des matériels dangereux, la priorisation des mesures de protection globale et individuelle.

Ces principes permettent d’axer les interventions vers des actions prioritaires, comme la sensibilisation des salariés sur les risques encourus, à l’aide de séances d’information régulières et de formation SSTC.  Toutes les démarches sont appuyées par la législation, qui propose différentes options d’appui aux responsables des établissements, pour mener à bien cette lutte commune.

Management pour collectivités locales : faire appel aux services d’un cabinet spécialisé
Contacter en ligne un cabinet de management de transition